Tout savoir sur le retour de couches

Après un accouchement, le corps se modifie progressivement pour revenir à la normale. Durant cette période, les cycles hormonaux se remettent doucement en place, jusqu'au retour des règles. Le retour de couches est donc la réapparition des règles après l'accouchement.

Quand est-ce que le retour de couches se produit-il ? Quels sont les types de protections hygiéniques à adopter ? Y a-t-il une relation existante entre le retour de couches et la contraception ? Cet article se propose de vous dire tout ce qu’il faut savoir à ce sujet.

Le retour de couches : Qu'est-ce que c’est ?

Au cours de la grossesse, la sécrétion d'hormone entraîne l'interruption momentanée du cycle menstruel. Après l'accouchement, le cycle menstruel redevient fonctionnel et les premières règles surviennent : c'est le retour de couches.

Ce phénomène correspond aux premières menstrues constatées chez la femme après l'accouchement. A quel moment interviennent ces premières règles ?

Quand a-t-il lieu ?

Le retour de couches n'est pas à confondre avec les lochies. Ces dernières sont des pertes brunâtres mêlées de sang constatées juste après l’accouchement. Ces pertes peuvent durer plusieurs semaines. Elles deviennent plus abondantes vers le douzième jour sans être accompagnées de la reprise des menstrues.

En revanche, la période du retour de couches varie d'une femme à une autre. Elle va de six à huit semaines après l'accouchement chez une femme qui n'allaite pas.

Chez une femme allaitante, ce retour est tardif et survient à la fin de l’allaitement ou trois mois après la naissance de l'enfant. Par ailleurs, le retour de couches permet à l'utérus de se cicatriser et de reprendre sa taille normale. Il faudrait toutefois être attentif aux différents signes qui surviennent afin de ne pas vous tromper de diagnostic.

 Retour de couches : Symptômes et avantages

Quelques jours avant le retour de couches, la femme ressent une forte tension dans les seins et son humeur change. On note également une augmentation de son appétit et des douleurs dans le bas du ventre ou même des migraines.

En outre, le retour de couches présente des avantages tels que :

  • L’atténuation des maux de ventre liés aux règles constatées avant la grossesse chez certaines femmes.
  • La disparition des maux de ventre liés aux règles constatées avant la grossesse chez d'autres femmes.

Par ailleurs, il est conseillé à chaque femme de garantir un minimum de conditions sanitaires durant cette phase de retour de couches.

Quels comportements hygiéniques adopter ?

Lorsque le retour de couches se produit, il est conseillé d’utiliser des protections hygiéniques. En effet, la femme a la possibilité de choisir entre l'usage des tampons, coupes menstruelles et serviettes hygiéniques.

Il est en nécessaire de choisir surtout des protections hygiéniques douces pour son intimité. En réalité, il n'y a pas de véritable contre-indication médicale concernant l'usage des tampons, coupes menstruelles et serviettes hygiéniques. Néanmoins, ils doivent être utilisés avec précaution. Il faudrait d’ailleurs les changer très régulièrement (idéalement toutes les 4 heures).

Par ailleurs, l'usage des serviettes hygiéniques post accouchement est très recommandé. Elles sont de type jetables et lavables. Elles peuvent être aussi utilisées même en cas d'épisiotomie sans effet secondaire. L'épisiotomie est en effet, la coupure que l’on pratique dans le bas du vagin pour augmenter son ouverture et ainsi faciliter le passage du bébé au moment de l’accouchement.

Le retour de couches et la contraception

La fécondité ne dépend pas du retour de couches. Ce dernier signifie juste la reprise du cycle menstruel. L'ovulation peut avoir lieu bien avant le retour des menstrues. À cet effet, pour éviter une grossesse non désirée, il est conseillé de se protéger lors des rapports sexuels.

Les méthodes contraceptives les plus efficaces à cette étape sont l'utilisation des préservatifs et de pilules contraceptives. Cependant, le stérilet et/ou des contraceptifs locaux (spermicide, ovules, diaphragme) présentent des limites.

Le stérilet ne peut en effet être utilisé que deux ou trois mois après l'accouchement, au risque d’être éjecté. En outre, il importe de savoir que l'allaitement n'empêche pas l'ovulation.

Une femme allaitante peut en effet être fécondable et tomber enceinte pendant cette période de transition. La pilule recommandée à une femme allaitante doit être faiblement dosée à base de progestérone pour la santé du bébé.

Laisser un commentaire